Rôle du surpoids dans la fibrillation auriculaire

D’après une étude parue dans le JAMA en 2013 ( par Abed et al) , le surpoids et l’obésité ont un rôle favorisant dans le déclenchement et l’entretien de la fibrillation auriculaire .

Ce trouble du rythme est une des premières causes d’accident vasculaire cérébral . Il nécessite souvent ( à partir de 65 ans en général ) la mise sous traitement anticoagulant .C’est donc une pathologie pouvant être grave. On la dépiste devant des palpitations ou un essoufflement , mais parfois elle est silencieuse et souvent découverte lors d’un examen systématique ou à l’occasion d’une complication ( AVC , insuffisance cardiaque ).

Cette étude a montré un lien net entre surpoids , obésité et fibrillation auriculaire .La perte de poids permet aussi de réduire la fréquence de la fibrillation auriculaire .

En cas d’obésité

il est donc souhaitable de faire un bilan cardiovasculaire et ce pour plusieurs raisons : Pour rechercher un diabète , une hypercholestérolémie ou une hypertension artérielle qui sont plus fréquentes et liées à l’obésité .Pour rechercher un syndrome d’apnée du sommeil ( qui est aussi un facteur de risque cardiovasculaire)puis pour rechercher une fibrillation auriculaire de façon systématique par un holter ECG ( enregistrement des battements cardiaques sur 24h).

 

Publicités