Douleur musculaire et statine

Les douleurs musculaires sont fréquemment retrouvées chez les patients prenant une statine (anti cholestérol).Mais cet effet secondaire est-il réel ou influencé par la mauvaise réputation médiatisée de cette classe de médicament?

C’est ce qu’une équipe scandinave a essayé de démontrer en reprenant les résultats d’une étude réalisée sur près de 1000 patients à qui on prescrivait un anti hypertenseur plus une statine  ou un placebo ,mais les patients ni le médecin ne savaient  pas s’ils recevaient  la statine ou le placebo (Étude en double aveugle) .On a retrouvé lors de cette étude autant de douleurs musculaires chez les patients qui prenaient  une statine  que chez ceux qui prenait un placebo. Ensuite  on a continué l’étude en donnant les mêmes traitements mais cette fois le patient et le médecin savaient si une statine en l’occurrence l’atorvastatine  10 était prescrit, ou si c’était le placebo.Là les résultats sont nettement différents puisque on note alors beaucoup plus de douleur musculaire chez le patient  qui est  sous statines que quand il prend le placebo.

On peut donc conclure sur ces résultats que la fréquence des douleurs musculaires est nettement influencée par le fait de savoir qu’ une statine est  prescrite. Cela s’appelle l’effet nocebo , qui correspond à l’effet contraire du placebo,c’est-à-dire un effet nocif subjectif d’un traitement.

Cet effet  nocebo des statines est en grande partie lié à la forte médiatisation des effets secondaires voire de l’inutilité de ce traitement, et de la grande méfiance grandissante vis-à-vis des médicaments et des laboratoires suite aux affaires récentes (mediator ou depakine ).

Toutes les études scientifiques actuelles montrent que les statines ont un effet bénéfique sur les risques d’infarctus et d’AVC et qu’il y a un risque important lié aux arrêts de ces traitements.

Je déclare n’avoir aucun conflit d’intérêt indépendance totale vis-à-vis des laboratoires  commercialisant les statines. Je suis juste une cardiologue qui ,toute la journée pendant ma consultation doit justifier de façon énergique pourquoi je prescris la statines et pourquoi il faut la prendre! 

Publicités

Objectifs tensionnels après 60 ans

L’hypertension artérielle est un facteur de risque cardio-vasculaire . C’est à dire qu’elle augmente le risque d’accident vasculaire cérébral ,et le risque d’infarctus du myocarde. Tout comme: le tabagisme, le diabète  l’hypercholestérolémie,le surpoids, lasédentarité et   les antécédents familiaux.

En la traitant au plus tôt ce risque diminue. 

A partir de quel chiffre doit-on introduire un traitement anti hypertenseur?

Une Étude de l’american college of physicians et de l’american college of family physicians a mené une étude pour répondre à cette question.

Les résultats de cette étude ont montré qu’à partir de 60 ans les patients sans antécédents cardio-vasculaires devaient  être  traités pour obtenir un objectif de tension artérielle inférieure à 15 /8.

En revanche,en cas d’antécédents personnels cardio-vasculaires ou d’autres facteurs de risques cumulés comme le diabète, L’objectif tensionnel devait être entre 13 et 14/8.

Les traitements médicamenteux pour faire baisser la tension artérielle sont prescrits conjointement à des règles hygieno dietetiques  comme une alimentation moins salée, la reprise d’une activité physique régulière (après accord du cardiologue voire après un test d’effort),l’arrêt du tabac , la réduction du poids en cas de surpoids.

Anti  inflammatoire et insuffisance cardiaque 

Une équipe italienne vient de publier une étude qui a étudié le risque d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque et la prise d’anti inflammatoire pendant les 15 jours précédant l’hospitalisation .Cette étude a porté sur prêt de 92 000 hospitalisations de 2000 à 2010 dans cinq pays européens différents. Les patients ont été comparés à  près de 8 millions de patients appariés par âge , et par sexe . 

Les résultats de l’étude ont montré une augmentation du risque de 24 % d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque après traitement par anti-inflammatoire.Le risque augmente notamment pour 7  anti-inflammatoires particulièrement prescrits dont  le diclofenac, l’ibuprofène et l’indometacine . Le risque augmente notamment en fonction de la dose prescrite. Cette étude a montré que les personnes atteintes pouvaient  n’avoir aucun antécédent particulier d’insuffisance cardiaque.

Les cardiologues sont en général très sensibilisés à ce risque des anti-inflammatoires. D’ailleurs j’ai écrit un livre et tout un chapitre est consacré aux risques des anti-inflammatoires notamment lorsqu’ils sont pris en automédication: « automédication attention danger. »

En effet les anti-inflammatoires provoquent une rétention d’eau et de sel. Cela peut majorer la tension artérielle.Les personnes insuffisantes cardiaques doivent limiter leurs apports en sel et parfois même en eau . Les anti-inflammatoires sont  donc contre-indiqués chez les insuffisants cardiaques.

Les anti-inflammatoires sont aussi souvent contre-indiqués chez les personnes qui prennent de l’aspirine au long court ce qui est fréquent chez  les personnes suivies pour le cœur. Ils sont contre-indiqués avec certains médicaments utilisés pour l’hypertension artérielle (inhibiteurs de l’enzyme de conversion ou inhibiteurs de l’angiotensine 2) et ceux qui prennent des anticoagulants.

Ce sont donc des médicaments à manier avec précaution et à prendre  avec parcimonie.Je reste tout à fait opposée à leur accès en automédication et cette étude ne fait que confirmer qu’ils restent desmédicaments dangereux. 

Restez vigilants !

Prévention cardiovasculaire 

Une étude menée sur plus de 12700 patients en 5 ans parue dans le New England Journal of Medecin, a inclus des patients ayant 2 facteurs de risque ( tabagisme et surpoids ) mais sans maladie cardiovasculaire avérée  . Ces patients ont été séparés en 3 groupes : un groupe traité par un antihypertenseur , un groupe traité par statine                           (anticholesterol) et un groupe recevait les 2 médicaments ensemble . 

Résultats : le groupe qui a reçu l’antihypertenseur a vu le taux de maladie cardiovasculaire chuter de 25% , et celui qui a reçu les 2 traitements a eu un taux diminué de 30% .

On peut donc traiter de façon préventive des patients qui n’ont pas d’hypertension  artérielle ou pas de cholestérol et faire diminuer le risque de maladie cardiovasculaire . En sachant que c’est la première cause de mortalité dans les pays développés .

Il est parfois difficile pour les patients d’accepter des traitements dont  ils pensent ne pas avoir besoin , notamment les statines qui souffrent d’une mauvaise presse injustifiée . Cette étude permettra peut être d’améliorer la réputation de cette classe médicamenteuse .

Actualités sur l’hypertension artérielle pulmonaire

On définit l’hypertension artérielle pulmonaire ( HTAP) par l’augmentation de la pression artérielle pulmonaire au dessus de 25 mm De mercure mesurée au cours d’un examen spécifique le cathétérisme droit.Cet examen n’est pas fait en routine et c’est en général grâce à l’échographie cardiaque que l’on fait le diagnostic d’hypertension artérielle pulmonaire.Les pressions pulmonaires sont toujours notées dans un compte rendu d’échographie cardiaque , mais souvent elles ne sont pas mesurables en l’absence d’HTAP .En cas de mesure supérieure à 35/40 mm on parle d’HTAP.

Quels sont les symptômes d’une HTAP?

Le principal symptôme est l’essoufflement ou la fatigue à l’effort .On peut voir dans un stade évolué des œdèmes des membres inférieurs .

Quels examens faut-il faire en cas d’HTAP ?

Il faut faire des examens pulmonaires pour connaître l’origine de cette HTAP : scanner pulmonaire, explorations fonctionnelles respiratoires, sscintigraphie pulmonaire .Le cathétérisme droit qui mesure exactement les pressions pulmonaires permet aussi de déterminer s’il s’agit d’une HTAP pré ou post capillaire .

Quelles  sont les causes de l’HTAP?

On a beaucoup parlé dans les médias de ces médicaments anorexigènes qui ont entraîné des HTAP ( isoméride, médiator,pour les plus connus)  ils ont été retirés du marché .

L’insuffisance cardiaque gauche , l’insuffisance respiratoire  et l’embolie pulmonaire sont les causes les plus frequentes d’HTAP.

Plus rarement , les pathologies auto-immunes (sclérodermie surtout ) , virales ( HIV) , parasitaire ( bilharziose ), les cardiopathies congénitales évoluées .

Parfois  on ne retrouve pas de cause , on parle alors d’HTAP idiopathique .

Quel est le traitement del’HTAP?

Le premier traitement est le traitment de la cause quand il y en a une .

Dans tous les cas un régime sans sel , plus ou moins associé à des diurétiques est souhaitable. Un apport d’oxygène est parfois nécessaire en cas d’HTAP sévère .Les séjours en altitude ( plus de 1000m) sont déconseillés ainsi que les voyages prolongés en avion ( équivalent à 1200 m d’altitude ) . Une anticoagulation est nécessaire .

Le traitement spécifique de l’HTAP  fait appel à des vasodilatateurs ( prostacycline , sildenafil,bosentan) . Ce traitement est instauré par les centres spécialisés dans l’HTAP.

Une nouvelle molécule le selexipag  est en cours d’étude,elle  a été testée sur de 1100 patients .Les patients qui prenaient ce traitement avaient une augmentation de la distance de marche de 4 mètres, alors que  les patients qui prenaient le placebo avaient une distance de marche qui diminuait de 9 mètres ( étude parue dans NEJM par Sitbon et al. en 2015 ).

Au maximum , la transplantation pulmonaire plus ou moins cardiaque est envisagée dans les cas les plus graves, et réfractaires au traitement médical .