Intolérance aux statines et récidives d’infarctus du myocarde

L’intolerance  aux statines est un problème que nous rencontrons en pratique quotidienne. Les patients peuvent se plaindre de douleur musculaire, de tendinites ou de douleurs articulaires.Parfois aussi le patient souhaite arrêter sa Statine suite à la polémique mediatique qui existe quant au bien fondé de la prescription de cette classe médicamenteuse , souvent décrié par quelques uns ces derniers temps. 

Je rappelle que les statines sont utilisées en prévention secondaire après un accident cardiovasculaire ( infarctus du myocarde, angine de poitrine, ou accident vasculaire cérébral) ou en prévention primaire chez les patients qui ont un risque cardiovasculaire important notamment les diabétiques afin de diminuer le risque d’accident cardiovasculaire.

Que risque les patients qui arrêtent les statines?

C’est à cette question qu’une équipe a souhaité répondre en étudiant plus de 100 000 patients ( étude publiée dans le JACC 2017) par Serban MC et al.

Entre 2007 et 2013, ces patients ont été hospitalisés pour infarctus du myocarde et une Statine leur a été prescrite.

A un an de leur hospitalisation on a observé le nombre de récidive d’infarctus du myocarde, le nombre de coronaropathie et le taux de mortalité toutes causes confondues en les comparant à leur traitement par Statine .

Les résultats de cette étude a retrouvé un total de 1,65% de patients intolérants aux statines contre 53% de patients bien observants.

Chez les patients intolérants aux statines on  a retrouvé un taux  supérieur d’infarctus de 36%,et une augmentation de 43% de coronaropathie par rapport aux patients qui avait bien poursuivi leurs statines.En revanche le taux de mortalité toutes causes confondues était identique.

Le fait d’arrêter sa Statine  entraîne donc un risque cardio-vasculaire majoré sans augmentation  de la mortalité.

Les patients doivent donc connaître ce risque car souvent on assiste à des arrêts de traitement qui ne sont pas vraiment justifiés.Les atteintes musculaires graves liées au statines restent rares ( rhabdomyolyse), de même que les hépatites médicamenteuses.

Beaucoup  de douleur notamment les  douleurs d’arthrose sont attribuées à la prise du médicament alors que bien souvent elles préexistent et elles persistent après l’arrêt du traitement et pourtant le traitement n’est pas repris.La mauvaise presse actuelle des statines augmente malheureusement les arrêts de traitements.

il me semblait donc important de porter à la connaissance des patients cette etude.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s