Prise en charge de l’accident vasculaire cérébral en 2016

image

Le Cerveau et les lobes cérébraux

Les accidents vasculaires cérébraux ( AVC) sont la première cause de handicap en France.On dénombre environ 150000 nouveaux cas par an .Ils sont de deux types: soit hémorragique ( par rupture d’anévrisme ou par rupture d’un vaisseau intra cerebral ) soit ischémique ( par occlusion d’un vaisseau intracerebral).

Les facteurs favorisant les AVC sont les facteurs de risque cardiovasculaires ( hypertension artérielle, tabagisme, Diabete , hypercholestérolémie, obésité ).Dans les cas de rupture d’anévrisme l’AVC survient en général chez une personne jeune indemne de facteur de risque mais qui présente une anomalie vasculaire , l’anevrysme ( dilatation vasculaire ) dont le principal risque est de se rompre souvent de manière imprévisible  ou parfois précédés de maux de tête .

Les AVC sont parfois aussi précédés de signes neurologiques brefs qu’on appelle ischémie transitoire ( AIT) : trouble visuel d’un œil, difficulté à parler, à articuler, à bouger un membre, des fourmis dans un membre…Ces signes avant-coureurs doivent alerter et consulter en urgence car leur traitement peut éviter la constitution d’un AVC.

En cas de symptômes évoquant un AVC ou un AIT une hospitalisation en unité de soin neurovasculaire est nécessaire car le pronostic de survie ou de handicap est meilleur chez ces personnes hospitalisées dans ces services spécialisés.

En urgence on pratiquera une IRM cérébrale ou un scanner pour faire la différence entre un AVC hémorragique ou ischémique L’hémorragie  est visible immediatement alors que parfois le scanner peut être normal dans un AVC ischémique dans les 48 premières heures .

En cas d’hemmoragie le traitement médical est limité au contrôle de l’hypertension éventuelle, au contrôle de la œdème cerebral secondaire .il a surtout pour but de surveiller le patient , son état de conscience , de prévenir une phlébite ou les troubles de la dégluti on qui peuvent donner des complications respiratoires graves ( par inhalation).

En cas d’AVC ischémique vue dans les 4 premières heures, il y a un traitement specifique qu on appelle la thrombolyse.C’est une perfusion d’un puissant anticoagulant qui va dissoudre le caillot qui bouche l’artère .Tous les patients ne peuvent pas subir cette perfusion mais elle permet d’éviter 41 décès sur 1000 personnes traitées, parfois au prix d’une aggravation dans la première semaine .

Un autre traitement a fait la preuve de son efficacité , associe souvent à la thrombolyse, c’est la thrombectomie.Il s’agit de la pose d’un stent dans l’artère occluse puis de l’aspiration du caillot.

Actuellement une nouvelle molécule utilisee habituellement dans la sclérose en plaque , ( la fingolimod) est étudiée pour diminuer les lésions intracerebrales de réperfusion.

 

L’AVC est une pathologie grave , parfois mortelle ou qui donne de lourdes séquelles . Son traitement est une urgence ( dans les 4 heures si possible).La prise en charge dans une unité specialisee neurovasculaire est préférable .En cas de signes  prémonitoires qui peuvent être tres brefs une prise en charge urgente peut éviter la constitution d’un AVC.

Publicités

Chocolat et risque cardiovasculaire 

La consommation de chocolat réduit le risque de maladie cardiovasculaire comme l'infarctus du myocarde

Un petit carré de chocolat noir contre les maladies cardiaques

Une étude suédoise portant sur plus de 67000 patients, parue dans le british medical journal a retrouvé qu’une consommation régulière de chocolat ( plus de 3 ou 4 fois par semaine ) était associée à une réduction du risque de problème cardiaque ischémique ( infarctus du myocarde notamment ).

Cette étude n’a pas déterminée quelle  sorte de chocolat était consommée , mais il est probable qu’il s’agisse de chocolat noir , dont on connaît la richesse en antioxydants,les polyphenols.Les autres chocolats au lait ou chocolat blanc sont plus riches en gras et en beurre et il est peu probable qu’ils interviennent favorablement sur le risque cardiovasculaire . Le chocolat noir apporte environ 500 calories pour 100g (environ une tablette ).Il est moins sucré et moins gras que les autres chocolats.il est riche en magnésium. Plus le chocolat est noir (riche en cacao) et plus il est amer .

Une étude similaire parue en 2011 avait aussi retrouvé un effet bénéfique de la consommation de chocolat sur le risque cardiovasculaire .

Les patients diabétiques ou en surpoids doivent faire attention à la quantité de sucre et de gras qu’ils consomment c’est pourquoi on ne peut leur recommander que le chocolat le plus riche en cacao possible donc le plus noir .

C’est un premier pas vers la déculpabilisation des personnes qui consomment souvent avec plaisir du chocolat , à condition qu’il s’agisse de chocolat noir !